Brésil
Alliance progressiste : démocratie et État de droit en danger au Brésil

La situation au Brésil est très préoccupante. La démocratie et l’État de droit sont sous pression croissante et de plus en plus en danger. L’espace politique réservé au dialogue et à la compréhension est limité par une atmosphère empreinte d’intolérance, de haine et d’actes d’intimidation. L’appel public provenant de très nombreux citoyens pour une intervention militaire est un signe alarmant concernant l’étendue de la menace pour l’ordre démocratique au Brésil.

Nous condamnons fermement l’assassinat de Marielle Franco, femme politique locale, les tirs sur la caravane de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva ainsi que les menaces parfois cachées, parfois explicites provenant des milieux militaires contre les institutions démocratiques indépendantes en vue d’ébranler la communauté démocratique.

Dans cet environnement marqué par l’intolérance et les menaces, la Cour suprême fédérale du Brésil a rejeté un recours de Lula da Silva, lui refusant ainsi la possibilité de se défendre en toute liberté jusqu’à ce que tous les recours légaux contre sa condamnation controversée soient épuisés. Ce refus revient à une condamnation préalable sans aucune preuve de sa culpabilité et remet en question l’État de droit au Brésil. Ces actions s’inscrivent dans le prolongement du procès mené contre la présidente Dilma Rousseff visant à chasser le parti des travailleurs du gouvernement au Brésil et d’empêcher Lula da Silva de se présenter à la présidentielle en octobre de cette année.

Durant sa présidence, Lula da Silva a fortement contribué à la démocratie et à l’État de droit au Brésil. Les programmes sociaux mis en œuvre durant cette période ont permis de sauver des millions de brésiliens de la faim, la pauvreté et de conditions de vie précaires. Il a créé une référence internationale en matière de progrès social et démocratique. Si ses mérites ne le placent pas au-dessus de la loi, sa popularité ne le place pas pour autant en dessous. Lula est présumé innocent tant que sa culpabilité n’a pas été établie, comme l’indique la constitution brésilienne, et il est en droit d’avoir un procès juste.
Pour toutes ces raisons, nous demandons de mettre fin à l’influence injustifiée sur la procédure légale et demandons d’accorder à l’ancien président Lula da Silva ses droits civils fondamentaux. Nous sommes tous égaux devant la loi.