Argentinia et covid 19

Par Président du Parti socialiste (PS), Argentine,  Antonio Bonfatti

L’Argentine n’est pas étrangère à la pandémie de COVID 19, comme le reste du monde.

Le gouvernement qui est entré en fonction le 10 décembre 2020 a dû faire face aux conséquences de la pandémie en à peine 90 jours.

Nous devons nous rappeler que le gouvernement néolibéral du président Macri nous a laissé un taux de pauvreté de 34 %, une inflation de 40 %, une dette extérieure écrasante et impayable, la destruction des économies régionales, une dépendance étrangère avec une forte internationalisation des entreprises clés, un État minimal, avec de mauvais indicateurs en matière de santé et d’éducation et la dévastation du système scientifique-technologique.

A partir de là, le gouvernement actuel n’a pas encore pu montrer son plan de gouvernement énoncé dans la campagne électorale.

La décision d’affronter COVID 19 était, à notre avis, peu judicieuse. Sous prétexte de préparer les hôpitaux et les lits critiques avec les fournitures et la technologie nécessaires, une quarantaine stricte a été mise en place pendant les 70 premiers jours, même sur tout le territoire argentin où il n’y avait pas de cas. Penser à un pays avec une extension de 3500 km du Sud au Nord, où seule la ville de Buenos Aires a enregistré des cas.

Des écoles, des magasins, des industries, des bureaux publics, des cours de justice, etc. ont été fermés.

L’activité économique a notamment souffert avec un impact important sur de nombreux secteurs, ce qui a provoqué la faillite de beaucoup d’entre eux.

Aujourd’hui, on estime que le PIB de l’Argentine a chuté de 13 %.

Le gouvernement a fait appel à une loi pour éviter les licenciements, mais on ne peut pas se couvrir le soleil avec les mains. Il n’y a pas de ressources pour faire face aux salaires et à l’énergie parmi tant d’autres obligations.

L’un des secteurs les plus touchés a été celui du travail indépendant et des emplois informels qui, en Argentine, représentent environ 34% (plombiers, peintres, menuisiers, électriciens, forgerons, etc.)

Le gouvernement a décidé d’accorder des subventions mensuelles (maintenant 3 mois) de 10 000 $ (100 US) pour soulager la situation de ces personnes et aider les entreprises à payer les salaires. Les crédits à taux zéro sont également limités.

Tout cela est insuffisant. Aujourd’hui, le revenu mensuel minimum d’une famille type est évalué à 58 000 dollars (580 dollars américains).

Le chômage est passé à 17,8 % et la pauvreté à 41,3 % avec 13 % de dénuement. Inacceptable pour un pays potentiellement riche comme l’Argentine qui produit de la nourriture pour 450 millions de personnes dans le monde.

Face à la pression sociale pour une ouverture progressive afin de ne pas aggraver les conséquences économiques et sociales, le gouvernement a commencé à lever les restrictions de mouvement après 70 jours, alors que le virus venait juste de commencer à circuler dans la communauté. Cela a provoqué la multiplication exponentielle des cas et la propagation du virus dans tout le pays.

Aujourd’hui, l’Argentine fait état de 736 000 cas et de 19 564 décès.

Certaines provinces ont des lits critiques surpeuplés et des patients qui meurent sans les soins correspondants.

La population, lasse de 7 mois de quarantaine et de restrictions, n’obéit plus à aucune directive des autorités.

En outre, l’attitude de l’actuelle vice-présidente, dans une tentative évidente de se protéger des poursuites judiciaires, a généré des tensions politiques au sein du gouvernement et avec l’opposition, dans les nombreuses affaires de corruption qu’elle a ouvertes au cours de son précédent mandat de présidente de la nation.

Un cas à souligner est celui d’un projet de loi censé améliorer la justice, qui n’est rien d’autre que la multiplication de la structure judiciaire actuelle et la nomination de juges pour garantir l’impunité.

Ces mesures et d’autres encore ont mis à rude épreuve le domaine politique et la situation de la pandémie est aggravée par le mécontentement de la population contre la politique, qui génère un terrain propice à l’expression du droit et à la remise en cause de la validité de la démocratie.

Telle est mon observation de la réalité argentine en date du 2 octobre 2020.

Antonio Bonfatti

Président du Parti socialiste