Restez informé Souscrivez ici

Coronavirus, travailleurs et monde en conflit

Par Victor Baez Mosqueira

En janvier 2009, je faisais partie d’une délégation syndicale internationale de la CSI qui s’est rendue à Washington pour engager une série de discussions avec les dirigeants du FMI et de la Banque mondiale. Pour eux, surmonter la crise de 2008 signifiait revenir aux vieilles recettes orthodoxes. Les deux autres crises graves en cours, environnementale et sociale, résultant de l’extension des politiques de marché sauvage à ces domaines également, n’ont pas été prises en compte, et n’ont pas eu d’importance.

Notre position était que nous devions regarder vers l’avenir et viser à résoudre les trois crises ensemble, avec des politiques intégrées et globales.

Non seulement rien n’a été fait à cet égard, mais les politiques préconisées par les institutions financières internationales ont continué à prescrire les mauvaises politiques en exigeant des réductions de dépenses et la diminution de la protection sociale jusqu’à ce qu’il ne s’agisse plus que d’un remède timide, timidement limité aux personnes extrêmement pauvres, laissant de côté celles qui se trouvaient un peu au-dessus du seuil de pauvreté.
Dans la sphère politique, la montée de secteurs d’extrême droite aux gouvernements de plusieurs pays européens, aux États-Unis, certains (néo-) coups d’État en Amérique latine, comme au Honduras, au Paraguay, au Brésil et, récemment, en Bolivie. Les coupables de la crise sont devenus les secteurs populaires, les migrants, les travailleurs qui avaient des contrats collectifs ou qui voulaient faire valoir leurs droits en tant que citoyens.

Bien que la création du G20 ait été, quoique symboliquement, un aveu tacite de la nécessité d’une gestion plus participative du monde, car le divorce entre le prétendu leadership du G7 et la réalité était déjà explicite, en revanche, les grandes entreprises ont poursuivi leur tâche de sape du multilatéralisme, en lançant une offensive au sein des Nations unies qui a pour point culminant, entre autres, la signature d’un accord entre l’ONU et le Forum économique mondial pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable, ce qui, à notre avis, sape encore davantage les fondements du multilatéralisme, si nécessaire à la gouvernance du monde.

Il n’y a pas eu de retour à la “normalité” avant la crise des subprimes de 2008. Les crises préexistantes ont été beaucoup moins résolues. Ce qui a été fait, c’est la mise en place de quelques correctifs qui ont contribué à aggraver la situation. Les inégalités se sont accrues, la déprédation de la nature a continué (le nombre de gouvernements niant l’existence même du réchauffement climatique a augmenté) et le nombre de gouvernements (à l’appétit autoritaire) ennemis de l’inclusion s’est multiplié.

Les résultats sont là. Le coronavirus ne vient pas dans le vide. Elle arrive et se répand dans un monde dominé par des politiques élitistes et d’exclusion bien connues.

Depuis plusieurs années, on dit que moins de 10 % de la population conserve le même niveau de richesse que les 50 % de la population la plus pauvre du monde. Le 28 novembre 2019, Jeffrey Sachs, l’un des trois plus grands économistes de la planète aujourd’hui, a donné des chiffres choquants lors d’un événement organisé à l’OIT à Genève sur le financement des objectifs de développement durable (ODD). Selon lui, le PIB mondial est estimé à 100 000 milliards de dollars, dont 10 000 milliards (10 % du PIB mondial) sont entre les mains de 2 000 personnes, les milliardaires de la planète.

D’autre part, un rapport de l’ONG Global Financial Integrity, daté du 3 mars 2020, montre qu’en raison de la surfacturation ou de la sous-facturation du commerce international, 8,7 billions de dollars (8,7 % du PIB mondial) n’ont pas été collectés par les trésors de 148 pays en développement dans le monde, entre 2008 et 2017. Où sont passées ces ressources ? Probablement vers des paradis fiscaux. Les autres fuites n’y sont pas prises pour d’autres raisons. Et dire qu’ils continuent à insister sur le fait que le secteur public est la cause de tous les maux du monde. Des visages de poker!

Ce ne sont là que deux exemples parmi tant d’autres qui peuvent être donnés, et qui sont pertinents car maintenant, avec le coronavirus, alors que l’épicentre se déplace vers les Amériques, des secteurs émergent dirigés par Donald Trump, Jair Bolsonaro et d’autres qui insistent pour installer un débat sur la question de savoir s’il faut donner la priorité à l’économie ou à la santé publique. Ils disent que l’économie ne doit pas être arrêtée, que le travail doit continuer et qu’il est regrettable, mais naturel, que “quelques” vies soient perdues. L’extrême droite va plus loin que dans la crise des subprimes. Puis ils ont exigé que nous renoncions à nos droits, maintenant ils exigent qu’en plus de renoncer à nos conquêtes, nous offrions nos vies dans un holocauste pour défendre “leur” économie, l’économie qui ne sert qu’à eux.

Maintenant, tout est axé sur le retour à la normale, c’est-à-dire à l’état des choses avant l’apparition et la propagation de Covid-19. Des efforts louables sont déployés pour trouver un vaccin, pour tester le plus grand nombre de personnes possible, pour adapter les systèmes de santé, dans la mesure du possible et de toute urgence, afin de faire face à l’urgence.

Il convient de noter, comme le propose José Robles de l’Institut du monde du travail en Argentine, que tous ces efforts visent à résoudre l’énorme problème mondial créé par cette pandémie. Et il se demande : que se passerait-il si, dans un court laps de temps, un autre virus et une autre crise apparaissaient ? Nos pays seraient-ils capables de faire face ? Le monde serait-il en mesure de faire face ? Bien sûr que non.

Certains changements de position sont positifs. Il n’est pas courant de voir le FMI recommander aux gouvernements de dépenser davantage pour la santé et de stimuler la consommation intérieure. Une plaisanterie circule en Amérique latine selon laquelle la peur de la mort transforme de nombreux néolibéraux en keynésiens. Mais des discours percutants promettant des changements après l’éclatement de la crise de 2008 ont également été prononcés. Parmi eux, je me souviens de celui de Sarkozy. Il n’y avait pas d’arrière-pensées et aujourd’hui nous sommes comme nous sommes.
Il est donc tout à fait clair que la solution ne réside pas seulement dans le fait de surmonter cette pandémie meurtrière et de revenir, dans les prochains mois, à notre supposée normalité quotidienne. Soit ce modèle néolibéral est surmonté, soit une grande partie de la vie sur la planète, y compris des milliards d’êtres humains, périra. Soit le rôle des États est récupéré et la politique et la vie sont placées au-dessus des caprices du grand capital, soit nous n’aurons pas de durabilité.
Soit une taxe de type Tobin est imposée sur les transactions financières et le résultat est redistribué et une “taxe sociale” est établie sur ces deux mille milliardaires dont nous parlons, soit nous ne pourrons pas financer l’ODS.
Soit nous exigeons fermement que l’embargo sur le Venezuela, Cuba et d’autres pays soit levé, soit nous assisterons à une hécatombe résultant des politiques actives de certains gouvernements et de la complicité silencieuse et sans soutien d’autres.
Soit les gouvernements imposent des banques publiques de développement solides pour soutenir et promouvoir les petites et moyennes entreprises, véritables génératrices d’emplois, et accélérer la nécessaire transition vers un modèle de production axé sur les innovations sociales et environnementales, soit nous continuerons à être pris en otage par le secteur financier usuraire.

Attirer les investissements étrangers directs est important pour les pays en développement, mais ils ne sont guère capables de promouvoir des transformations lorsqu’ils sont articulés avec les petites et moyennes entreprises locales et intégrés dans une politique industrielle axée sur l’innovation.

Soit nous insistons à nouveau sur une véritable intégration des continents, en l’occurrence l’Amérique latine, et réactivons l’UNASUR et le CELAC, soit nous suivons notre récente trajectoire de perte croissante de pertinence dans les décisions mondiales soutenues dans un adefesio comme PROSUR. Le journaliste Mariano Vazquez soutient à juste titre que cet ogre devrait plutôt s’appeler PRONORTE car il est pleinement fonctionnel aux politiques de Donald Trump.

Soit nous établissons des systèmes fiscaux qui rendent possible l’inclusion sociale, soit nous continuons à expulser des compatriotes vers le monde extérieur. Nous continuons à insister sur le fait que la solution ne réside pas seulement dans l’égalité des droits pour les migrants dans les pays de destination, mais aussi dans l’égalité des chances dans les pays d’origine. Droit de ne pas migrer.

Soit nous défendons et renforçons le multilatéralisme, où les gouvernements des petits et des grands pays interagissent, soit nous permettons au “multipartenariat”, dirigé par les grandes entreprises, de diriger les actions des Nations unies.

Beaucoup de choses peuvent manquer ici et il peut être nécessaire de hiérarchiser les points, mais la vérité est que, si nous voulons un monde durable, nous ne pouvons pas nous contenter de revenir aux mois précédant le Covid 19. Chaque pays et la communauté internationale doivent être prêts à contenir tout autre virus et tout autre type de crise, car l’instabilité est la nouvelle normalité dans le monde à venir.