Restez informé Souscrivez ici
Coronavirus

La pandémie de Covid-19 en République dominicaine

Par Parti révolutionnaire moderne (PRM), République dominicaine, Dr. Jesus Feris-Iglesias

La famille des coronavirus affecte régulièrement les animaux par les voies respiratoires et intestinales. Cependant, au cours des 100 dernières années, les coronavirus ont affecté l’homme à trois reprises.

La première fois, c’était en Chine en 2002, lorsqu’un grand nombre de personnes ont été touchées par un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) avec un taux de mortalité de 10 %. La transmission à l’homme s’est faite par l’intermédiaire des chauves-souris. La deuxième fois, c’était en 2012 dans les pays du Moyen-Orient, appelé MERS (Middle East Respiratory Syndrome) causant une létalité de 35%. Cette fois, la transmission s’est faite du chameau à l’homme. Dans les deux cas, il n’y a pas eu de traitement spécifique, pas de vaccin, mais heureusement il a disparu.

La troisième fois, le 31 décembre 2019, à Wuhan, en Chine, une série de cas de pneumonie dont les caractéristiques radiologiques et tomographiques étaient similaires ont été signalés. Quelques jours plus tard, le laboratoire de microbiologie a signalé une nouvelle souche de coronavirus.

A partir de ce moment, une épidémie s’est déclenchée à Wuhan où il a fallu établir une clôture sanitaire autour de la ville de 11 millions d’habitants, ce qui n’a pas empêché son extension après quelques jours, couvrant quelque 44 millions de personnes.

Malgré la barrière sanitaire, l’épidémie s’est propagée sur la majeure partie du territoire chinois, ainsi que dans des pays asiatiques comme la Corée, le Japon, l’Iran, entre autres.

Fin janvier 2020, l’épidémie est entrée en Europe, plus précisément en Italie autour de Milan, car elle avait des relations commerciales fréquentes avec Wuhan, sur la nouvelle route de la soie. L’épidémie en Italie a été explosive et le nombre de cas et de décès a augmenté de façon exponentielle, c’est pourquoi les autorités italiennes ont décrété une quarantaine totale dans toute l’Italie.

Malgré le fait que de nombreux pays ont fermé leurs frontières, d’autres, comme la République dominicaine, n’ont pas pensé à les fermer en raison de l’arrivée de touristes principalement ces mois-ci, lorsque l’hiver frappe les pays européens, en particulier l’Italie et l’Espagne qui ont des vols quotidiens vers notre pays.

Le 28 février 2020, l’Italie a signalé 800 cas et 20 décès et a été identifiée comme l’exportateur de cas vers le Brésil et le Mexique. Ce jour-là, le gouvernement dominicain a suspendu les vols directs en provenance de Milan, laissant tous les autres vols en provenance d’Europe libres de continuer à voler vers notre pays.

Malgré le fait que le 12 mars, l’Italie a enregistré 12 839 cas positifs de coronavirus et 1 016 décès, le gouvernement dominicain n’a décidé de fermer les vols en provenance d’Europe, de Chine, de Corée et d’Iran que quatre jours plus tard, le 16 mars. Ce jour-là, nous avions déjà 11 cas confirmés de coronavirus positifs dans le pays, tous importés.

Il est clair que nos autorités sanitaires ont agi tardivement pour prendre des mesures visant à empêcher l’entrée du coronavirus.

Le 16, le président du pays a nommé une commission pour l’étude et le confinement du virus, dont je suis membre en tant que chercheur national.

L’épidémie se poursuit dans le pays, car un cas de transmission locale est détecté. Le 16 mars, la présidence du pays forme la deuxième Commission de haut niveau pour le confinement du coronavirus, présidée par les ministres de la présidence ; économie, défense, finances, santé publique, administration, tourisme, éducation, conseiller présidentiel, et plusieurs autres directeurs, laissant la première Commission sans effet.

Étant donné le manque d’actions préparatoires en accord avec les informations internationales sur ce qui se passe en Asie et en Europe, le gouvernement dominicain n’a pas montré un plan d’action cohérent et bien pensé pour faire face à l’épidémie qui est allée de pair avec eux sans préparation adéquate, sans protocoles de prévention et de confinement et sans la capacité en termes d’occupation des hôpitaux, de laboratoires avec des tests d’identification diagnostique suffisants, de ventilateurs mécaniques rares, d’équipements de protection personnelle précaires, bref sans aucun plan concret qui permettrait d’informer en permanence la population et le personnel de santé de ce qui se passe au quotidien.

En tant que parti politique de l’opposition, nous avons préparé des documents pour présenter au gouvernement des propositions sur la manière de faire face à la crise de l’épidémie, basées sur une gestion intégrale, transparente et efficace qui envisage une ligne de prévoyance, d’attention et d’assistance sociale adéquate et opportune, qui sert, dans la mesure du possible, à compenser la gestion officielle déficiente.

Nous envisageons de créer une chaîne d’information nationale par tous les moyens pour tenir la population informée. Où ils doivent se rendre pour les tests de laboratoire. Dans ce sens, nous avons proposé la modalité “Drive through”.

En ce qui concerne l’isolement social, nous considérons qu’un couvre-feu de 24 heures pendant 14 jours aurait dû être établi pour empêcher la transmission. Avant et après cette mesure drastique, établir des cordons sanitaires dans les quartiers et les municipalités où des cas ont été détectés pour rompre la transmission.

L’aide alimentaire directe aux maisons devrait être effectuée immédiatement si la quarantaine de 24 heures avait été décrétée, en utilisant les structures de tous les partis politiques, ceux du gouvernement et de l’opposition, ainsi que des conseils de quartier et des chefs de communauté des quartiers, accompagnés des forces armées.

Par le biais de la coopération internationale, demander à la Chine et à la Corée, qui ont déjà contrôlé l’épidémie, d’aider en fournissant des ressources humaines qualifiées pour aider aux soins médicaux et former la population locale à l’utilisation des ventilateurs étant donné la demande exagérée et le manque de personnel professionnel formé pour de telles fonctions.

Acheter des tests rapides massifs pour permettre aux sentinelles de savoir comment l’épidémie affecte l’ensemble du territoire. Répétez ces tests périodiquement pour savoir si les mesures sont efficaces ou non.

D’autre part, de nouveaux espaces pour les services d’isolement et d’assistance médicale, ainsi que pour l’hébergement des personnes âgées vivant dans des conditions surpeuplées et précaires, doivent être mis à disposition de manière adéquate et immédiate. Ces locaux peuvent être, entre autres, des hôtels fermés, des tentes de cliniques Campala, des centres sportifs fermés et des appartements non encore ouverts.

Les industries médicales, alimentaires, de nettoyage, agricoles et d’élevage, les ports et les aéroports doivent être autorisés, comme ils le sont d’ailleurs, à permettre à leurs employés de travailler même s’ils sont fermés. De même, les familles devraient être autorisées à aller chercher des médicaments dans les pharmacies, les magasins d’alimentation et toute autre activité essentielle.

Le gouvernement devrait réaffecter des postes budgétaires pour faire face à cette calamité et fournir au moins le salaire minimum aux indigents et aux chômeurs.

À ce jour, 1er avril, nous avons enregistré 1 284 personnes infectées, 57 (4,4%) mortes, 9 récupérées, 2 418 rejetées.

Nous n’imaginons pas que l’épidémie va bientôt prendre fin et les élections présidentielles ici sont prévues pour le 17 mai 20. Ce dernier mérite un autre article.