Restez informé Souscrivez ici
Ukraine

Pourquoi l’Ukraine mérite-t-elle plus ? Sept arguments clés. Par Bohdan Ferens

Bohdan Ferens
Fondateur, SD Platform of Ukraine / sdplatform.org.ua
[email protected]

Quand une guerre sévit dans ton pays, toute nouvelle positive te donne l’occasion d’être rempli d’espoir de victoire et d’un avenir meilleur. Une de ces nouvelles était le récent avis de la Commission européenne sur la nécessité d’accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’adhésion à l’UE. Il faut rappeler qu’une telle demande d’adhésion, signée par le Président, le Président du Parlement et le Premier ministre de l’Ukraine, a été soumise dès les premiers jours de la guerre. Dans les prochains jours, une réunion du sommet de l’UE est déjà prévue, au cours de laquelle la question de l’octroi d’un tel statut à l’Ukraine sera discutée. La visite du Chancelier allemand Olaf Scholz, du Président français Emmanuel Macron et du Premier ministre Mario Draghi à Kiev à la veille du Sommet est un bon signal pour tous les États membres de l’UE pour soutenir l’Ukraine sur son chemin vers l’UE.

Bien que l’Ukraine semble obtenir le statut de candidat, il y a encore beaucoup de scepticisme dans les capitales européennes quant à ses perspectives d’adhésion à l’Union européenne. À cet égard, il faut noter qu’une attitude plutôt réservée sur cette question est inhérente non seulement à une partie des conservateurs, mais aussi à la deuxième force politique la plus influente de l’UE, et même à la première dans de nombreux pays – les sociaux-démocrates. Et une telle approche ne correspond pas tout à fait à la base idéologique de la valeur, qui devrait toujours viser la solidarité et l’ouverture dans le cadre des processus d’intégration, même en dehors des périodes de guerre.

En effet, l’Ukraine a encore beaucoup à faire en termes de lutte contre la corruption, d’établissement de l’état de droit et de réforme des politiques sociales et économiques. Mais, malgré cela, la situation après l’invasion à grande échelle de la Russie a radicalement changé. Ne pas reconnaître le fait que l’Ukraine mérite davantage de l’UE peut sembler plutôt imprudent. Surtout si l’on souhaite le comprendre et prendre en compte les arguments ci-dessous.

1. De jeunes étudiants, des pères âgés, des femmes volontaires meurent chaque jour sur le front. La ligne des dernières nouvelles montrant le nombre d’écoles et d’hôpitaux détruits par les missiles russes n’est plus aussi terrifiante qu’au début de la guerre. Malheureusement, les gens commencent à s’habituer à ces terribles statistiques. Des centaines de civils meurent sous les décombres des maisons bombardées. Ils ont fait des plans complètement différents pour la vie après le Nouvel An 2022, dans laquelle il n’y a définitivement pas de place pour la guerre et la mort. C’est une nouvelle réalité dans laquelle vivent les Ukrainiens. Le prix de la liberté et du désir de devenir un membre à part entière de la Communauté européenne est trop élevé. Il se mesure par des dizaines de milliers de civils morts, dont plus de trois cents enfants tués par les troupes russes, des villes et des infrastructures détruites. Depuis plus de quatre mois, les forces armées de l’Ukraine et le peuple ukrainien résistent à de nouvelles attaques de l’occupant russe dans différentes directions

2. La très faible réaction de l’Occident à l’annexion illégale de la Crimée par la Russie et aux actions militaires dans le Donbass a permis à Poutine et à son entourage de mener l’invasion la plus injustifiée et la plus brutale depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette attaque était empreinte d’idées clairement impérialistes afin de restaurer la soi-disant “sphère d’influence” dans l’espace post-soviétique, menaçant ainsi indirectement non seulement les pays partenaires d’Europe de l’Est, mais aussi l’ensemble du monde occidental. L’agression comporte également un élément systémique. La Russie de Poutine promeut un modèle d’État autocratique, utilisant le russisme comme superposition idéologique de l’expansionnisme militaire et du culte national, en contraste avec l’ordre démocratique auquel des pays comme l’Ukraine aspiraient.

3. Les conditions préalables à la fin de la guerre ne sont pas encore respectées, il faut donc se préparer à une confrontation prolongée et soutenir l’Ukraine dans sa lutte. Ce soutien prévoit principalement la fourniture d’armes, d’une aide financière et humanitaire. La position de la gauche progressiste à cet égard devrait être très claire – soutien maximal au peuple ukrainien, car les bombes et les troupes russes ne peuvent pas être arrêtées uniquement à l’aide du pacifisme. La diplomatie a échoué. Ceci, malheureusement, doit être déclaré comme un fait. Mais toute guerre se termine tôt ou tard par une trêve. Les efforts diplomatiques seuls ne suffisent pas pour atteindre cet objectif. Poutine ne comprend que le langage de la force, et non seulement l’avenir de l’Ukraine, mais aussi un nouveau système de sécurité européen, et peut-être mondial, dépendra du succès de l’armée ukrainienne au front.

4. La reconstruction de l’Ukraine doit déjà commencer. Il n’est pas nécessaire d’attendre la fin de la guerre pour renouveler l’infrastructure et reconstruire les villes bombardées. Des dizaines de milliers de personnes ont besoin d’un toit et les enfants de nombreux villages et villes qui étaient sous occupation temporaire rêvent de commencer la nouvelle année scolaire dans des écoles rénovées. Toutes ces tâches ne peuvent être réalisées sans l’aide des partenaires occidentaux, dont le Royaume-Uni, à court et à long terme. La reconstruction de l’Ukraine d’après-guerre nécessitera beaucoup de ressources financières et humaines. Nous devons être réalistes et comprendre que tous les partenaires occidentaux ne seront pas prêts à fournir de telles ressources. Les problèmes domestiques, les répercussions de la pandémie, la récession et une certaine lassitude de la guerre russe contre l’Ukraine peuvent empêcher la fourniture d’une telle aide. À cet égard, les politiciens, les décideurs et les citoyens jouent un rôle clé, car le niveau de soutien dépendra de leur implication et de leur empathie avec l’Ukraine.

5. Il est également nécessaire de prendre des mesures plus radicales qui permettront à l’Ukraine de surmonter la crise financière et économique. Une telle mesure pourrait être l’annulation de la dette souveraine, ou du moins d’une partie de cette dette, car le système financier n’était pas particulièrement capable de couvrir les dettes extérieures sur les prêts dans la période d’avant-guerre, et que dire quand il y a une guerre. L’aide monétaire fournie doit avoir une application ciblée et un système de contrôle et de distribution transparent. Tout d’abord, les résultats de l’utilisation de cette aide doivent être visibles par les gens ordinaires dans la construction de bâtiments résidentiels, de ponts, la réparation des infrastructures sociales, la fourniture de besoins de base et de garanties sociales. De nouveaux emplois doivent être créés pour que les personnes qui sont déjà au chômage aujourd’hui puissent se nourrir et nourrir leurs familles.Un autre problème grave est la diminution du niveau des transferts financiers des travailleurs migrants (de nombreux hommes sont partis au front ou ne peuvent pas quitter le pays pour travailler), qui contribuaient traditionnellement à soutenir l’économie.

6. Il est impossible de résoudre tous ces problèmes sans une profonde restructuration de l’Ukraine elle-même. Les élites politiques devraient se débarrasser autant que possible des politiciens du passé et des oligarques, et la société ukrainienne, qui a traversé des épreuves si difficiles, devrait être plus exigeante envers elle-même et envers ceux qui sont élus pour défendre leurs intérêts. Il devrait y avoir au parlement des partis qui ne se contenteront pas de renforcer le secteur de la défense et d’accroître la puissance militaire, mais qui donneront aussi la priorité à l’éducation et à la sphère sociale, protégeront les droits du travail et lutteront contre les atteintes aux groupes marginalisés. En temps de guerre, les plus vulnérables souffrent toujours. La tâche principale de la gauche progressiste n’est pas de vivre selon les slogans du passé, mais d’essayer d’agir maintenant, malgré toutes les difficultés. Les syndicats doivent également être modernisés en Ukraine. Seuls de nouveaux dirigeants et de nouvelles approches peuvent insuffler une nouvelle vitalité au mouvement syndical afin de mieux protéger les droits des travailleurs dans la période d’après-guerre.

7.La solidarité en cette période difficile est remplie d’un sens très pratique. La participation des représentants des partis sociaux-démocrates européens au soutien de l’Ukraine permettra non seulement d’intégrer nos sociétés, mais aussi de renforcer l’opposition à la Russie de Poutine. Ce soutien peut inclure des actions très concrètes, comme des visites en Ukraine, le soutien d’initiatives législatives visant à aider le peuple ukrainien, des sanctions accrues contre la Russie, y compris les oligarques russes, les politiciens et leurs familles qui possèdent des biens immobiliers et des actifs coûteux dans les capitales européennes, des enquêtes reliant les groupes financiers et industriels russes à l’establishment politique européen.

Le Parlement européen a souligné à plusieurs reprises que l’Ukraine, en tant qu’État européen, a une perspective européenne et peut demander à rejoindre l’Union européenne. Le 1er mars, le Parlement européen, qui représente la volonté de près de 500 millions de citoyens européens, a demandé aux institutions de l’UE d’œuvrer pour que l’Ukraine obtienne le statut de candidat à l’UE et de continuer à travailler à notre intégration dans le marché unique de l’UE.

La Commission européenne a également émis un avis positif sur le statut de candidat. Le dernier mot reste pour le Sommet de l’UE, où l’on espère que tous les dirigeants des États membres de l’UE montreront leur clairvoyance politique sur le futur destin du continent européen.