Restez informé Souscrivez ici
Coronavirus

Le covid 19 en Uruguay

Par Parti socialiste de l’Uruguay

Contexte

La pandémie actuelle nous fait vivre avec des craintes que nous pensions avoir surmontées. Il y a plus de 100 ans, les agents à l’origine des maladies qui frappent l’humanité ont été découverts, des vaccins ont été mis au point et, quelque temps plus tard, l’ATB a été créé. Ceci, ajouté aux résultats de l’application de certaines mesures préventives, a favorisé la croyance que nous étions protégés à jamais contre les maladies infectieuses – contagieuses, principale cause de décès à l’époque.

L’augmentation de l’espérance de vie, alors que la prévalence des maladies chroniques nous a également fait oublier en partie le risque de maladies infectieuses. Cependant, ces années ont été marquées par de nombreuses épidémies et pandémies. Les exemples tragiques sont la grippe espagnole, la grippe asiatique et, plus récemment, la grippe aviaire, ainsi que le Sars, manifestation du coronavirus qui a son réservoir chez les animaux. Celles-ci ont mis la communauté scientifique en alerte, en tenant compte du fait que les conditions de la vie contemporaine dans les grandes villes et la mobilité des personnes nous exposent à des risques permanents.

La pandémie en Uruguay

Fin février, le virus a été installé et les premiers cas ont été signalés le 13 mars. Jusqu’à présent, début mai, le nombre de cas et de décès est relativement plus faible que dans les autres pays de la région. Elles sont concentrées à Montevideo et à Canelones (zone métropolitaine). Bien qu’il n’y ait pas d’image claire de la répartition de la maladie, plus d’un mois et demi après son installation, elle commence à toucher les secteurs les plus vulnérables de la société.

Parmi les multiples variables qui affectent le développement de la maladie, nous prenons en compte des éléments que nous ne sommes pas en mesure de modifier (au moins dans un avenir immédiat), tant environnementaux que biologiques : l’arrivée de l’hiver, les mutations du virus ou une situation démographique compliquée par la proportion de personnes âgées peuvent devenir décisives dans l’avenir immédiat. Des phénomènes inconnus peuvent également apparaître qui modifient radicalement la réalité actuelle.

Cependant, dans la recherche d’une explication au nombre réduit de patients, il est proposé que Montevideo, où se concentre le plus grand nombre de cas, soit une grande ville avec des zones restreintes de grande concentration d’habitants, plates, avec des vents permanents, avec un lit de rivière entourant tout le sud et de grands espaces verts.

– Il convient de noter que les gouvernements progressistes de la municipalité de Montevideo ont donné la priorité au sauvetage des espaces publics, des espaces verts et ont transformé les terrains vagues en places et parcs équipés pour les réunions, qui sont aujourd’hui des lieux présentant moins de risques de contagion

Au-delà de l’évolution plus ou moins prévisible de la pandémie, le moment où elle se déclenche dans notre pays est très particulier car il coïncide avec le changement de gouvernement.  Le passage d’un gouvernement progressiste à une coalition de droite comprenant des partis post-fascistes.

Par conséquent, à l’exception de quelques mesures non engagées du nouveau gouvernement, nous ferons face à l’épidémie avec une situation sociale, économique et de soins de santé générée en 15 ans de gouvernements progressistes. Grâce à cela, nous n’avons pas à ajouter au cauchemar du coronavirus la possibilité effrayante d’être traité dans un hôpital délabré, sale et sous-équipé, mais nous avons quelques atouts résultant de l’application de politiques juridiques.

Au cours de ces quinze années, il y a eu une rupture avec les politiques néolibérales de réduction du poids de l’État et l’effondrement du système de protection sociale que les partis réactionnaires au gouvernement appliquaient. Au contraire, les politiques de protection sociale universelle et de qualité ont été élaborées avec l’engagement et la participation des citoyens.

Comment nous avons fait face à la pandémie de Covid 19

Lorsque nous parlons de la lutte contre la maladie, nous ne faisons pas seulement référence aux symptômes et aux signes de la maladie et à la possibilité de mourir, mais aussi à d’autres effets négatifs : sur les relations interpersonnelles, l’économie, le travail, l’emploi, l’éducation, les loisirs, les aspects émotionnels et psychologiques de l’isolement, la négligence d’autres maladies

Comme pour toute situation sanitaire, les meilleures conditions pour faire face à la maladie sont celles d’une population vivant avec la meilleure qualité de vie, (pas nécessairement les coutumes développées par les classes supérieures), avec une gestion des normes de soins de santé, avec un accès à une bonne information et avec un système de santé accessible et de qualité.

– Les conditions de vie de la population, bien qu’elles présentent encore d’importantes lacunes, se sont considérablement améliorées et l’Uruguay est l’un des pays d’Amérique latine dont l’IDH est le plus élevé.

-Gestion de la population en matière de soins de santé.  L’attitude de responsabilité de la population face aux problèmes de santé doit être prise en compte.

Les gouvernements de la FA ont lancé un appel très insistant à la responsabilité des citoyens face aux problèmes de santé. Cela a conduit au développement d’une culture de soins individuels et collectifs qui a déjà connu un grand succès.  L’Uruguay n’a pratiquement pas connu la dengue, bien qu’elle soit très répandue dans les pays voisins et que le vecteur existe dans notre pays. Nous sommes le seul pays d’Amérique (avec le Canada) qui n’a pas connu de choléra épidémique ou endémique.  Le nombre de fumeurs a considérablement diminué et nous avons été les pionniers de l’interdiction de fumer dans les lieux clos, comme le contrôle de la consommation de boissons alcoolisées, de sel de sodium et la réduction de la consommation de sucre.

Actuellement, et bien que l’isolement ne soit pas obligatoire pour un grand nombre de personnes, des entreprises publiques et privées se sont conformées à la proposition et ont pris des mesures pour la faciliter

L’utilisation d’embouts pour l’ensemble de la population, même avec le message contradictoire des organisations internationales et nationales à ce sujet, se généralise.

Les employés et les retraités du secteur public ont réagi positivement à la proposition de rabais pour financer le fonds de lutte contre les coronavirus.

Il y a eu une réponse immédiate et solidaire de la population, qui a collaboré à la résolution des problèmes urgents des secteurs les plus vulnérables. Pots populaires, collecte et distribution de produits de première nécessité, etc.

Le système d’information et la promotion de la santé permettre d’atteindre l’ensemble de la société. Il est lié au point précédent et permet d’approfondir la promotion de la santé avec l’éducation aux comportements sains étant pratiquement étendue à toute la population

Depuis les premières années du gouvernement de la FA, l’accès aux PC a été universalisé pour les enfants et les adolescents (Plan Ceibal) Des comprimés ont été distribués aux retraités à faible revenu (Plan Ibirapitá)

Les politiques de l’entreprise publique de télécommunications ont facilité la création d’un pays informatisé. L’accès aux téléphones portables a également été rendu possible et pratiquement tous les Uruguayens ont accès à la téléphonie mobile

Cela permet non seulement d’accéder aux informations nécessaires sur la pandémie, mais aussi de poursuivre le processus éducatif dans toutes les branches de l’enseignement et de faciliter les relations interpersonnelles, en collaborant à un isolement plus tolérable et à l’approche affective.

-Soins de santé Depuis 2008, l’Uruguay dispose d’un système national de santé intégré qui intègre les prestataires publics et privés. Les politiques de santé de la FA ont valorisé le premier niveau de la stratégie des SSP, et en particulier la promotion et la prévention ; cependant, les investissements réalisés au cours de ces années ont également généré des améliorations substantielles à tous les niveaux de soins

– La mise en œuvre du NHRS a permis une répartition plus équitable des ressources sanitaires. Elle a permis d’assainir l’économie des services du secteur privé qui étaient en état de crise permanente et d’améliorer sensiblement la situation des prestataires de services publics qui desservent 38 % de la population.

Le manque chronique de ressources, limité par les politiques néolibérales dans le secteur de la santé publique (avant 2005), a transformé les hôpitaux et les polycliniques en lieux chaotiques, risqués, ruinés et sales, avec une absence totale d’asepsie, une technologie du XIXe siècle et un personnel insuffisant et souvent peu qualifié (admis pour des raisons de patronage politique).

L’investissement économique et les efforts déterminés et militants de nombre de ceux qui ont travaillé dans la santé publique pendant ces années, ainsi qu’une bonne gestion des ressources, ont réussi à renverser la situation. Bien qu’il dispose encore de moins de ressources que le secteur privé, il est en mesure de répondre aux besoins des patients même dans la situation actuelle. L’attention a été digne, de nouveaux hôpitaux ont été construits et d’autres ont été recyclés, la même chose s’est produite dans les centres auxiliaires et les polycliniques

La plupart des salles collectives avec des dizaines de patients ont été supprimées et des salles individuelles ou à deux personnes ont été construites, évitant ainsi la surpopulation

À titre d’exemple, les coûts de maintenance sont passés de 300 000 à 9 000 000 dollars par an pour 500 000 mètres carrés de surface de bâtiment

Le nombre de lits CTI, essentiels pour le traitement des Covid19 , est passé de 72 dans la capitale en 2005 à 196 actuellement, qui sont également situés dans sept départements de l’intérieur. Il est important de disposer de ses propres ressources lorsqu’un éventuel accord avec le secteur privé peut être entravé par les besoins prioritaires de ses propres patients.

Le nombre d’ambulances a également triplé.

La technologie actuelle est passée du XIXe au XXIe siècle et les médicaments atteignent l’ensemble de la population en quantité et en qualité suffisantes

La priorité d’un travail systématique et organisé au premier niveau facilite la prise en charge des patients non institutionnalisés

Les effectifs sont désormais mieux adaptés aux besoins des utilisateurs

Une autre réalisation héritée par ce gouvernement de ses prédécesseurs est liée aux progrès substantiels réalisés dans la formation technique du personnel de santé. Ces réalisations sont le résultat de la sélection de nouveaux professionnels, du recyclage du personnel existant et de l’augmentation significative des ressources allouées aux centres de formation professionnelle.

L’augmentation des investissements dans le développement et la recherche a permis de faire un saut qualitatif dans la formation scientifique. Citons par exemple la sélection pour participer, en tant que seul pays sous-développé, à la recherche sur l’utilisation thérapeutique du vaccin BCG dans le Covid 19 ou la production dans le pays des kits de diagnostic qui nous empêche de les importer.

Enfin, il convient de noter que malgré le fait que le gouvernement ait connu cette situation d’avantage relatif, il n’a pas pris les mesures les plus adéquates. Il a exploité en permanence les médias et revendiqué des succès qui ne leur appartiennent pas, avec un discours erratique qui désoriente la population.

Les ministres et autres membres du gouvernement occupent les créneaux télévisés qui ont été refusés aux travailleurs syndiqués le 1er mai, avec des informations incohérentes et un comportement inapproprié (ils ne savent pas comment se mettre à la bouche). Afin de respecter la liberté du marché, ils autorisent la vente à des prix exorbitants d’articles essentiels tels que les embouts, l’alcool à 70 % ou le gel d’alcool.

Ils ont promis dès le début d’effectuer un certain nombre de tests quotidiens, ce qui n’a pas été fait jusqu’à aujourd’hui.

Ils ont suggéré que l’utilisation de protège-dents dans les transports publics était essentielle et ont annoncé qu’ils seraient distribués gratuitement, ce qui n’était pas le cas.

Ils ont proposé des mesures pour soutenir les abris les plus vulnérables et fermés, laissant littéralement les gens dans les rues au début de l’hiver en pleine épidémie.

Ils ont pris des ressources sur les salaires des employés publics et les pensions mais refusent de toucher les gros salaires du secteur privé et du capital.

Ils ont généré des faits pour la démission de directeurs de centres de santé, qui faisaient face à la situation malgré le manque de ressources dont ils ont été victimes.

Bien qu’elles soient actuellement conseillées par une commission technique honoraire, les chambres de commerce exercent des pressions pour reprendre le travail au-delà de ce qui leur convient.

L’estimation des dépenses destinées à soutenir les plus vulnérables est absolument négligeable dans le cadre du budget promis pour lutter contre la pandémie.

Il convient de noter l’attitude ignoble de ce gouvernement qui non seulement utilise les médias pour se mêler politiquement de l’épidémie mais aussi, dans un scénario de préoccupation citoyenne, fait passer inaperçu le discours d’un membre de la coalition qui défend la dictature et les violateurs des droits de l’homme. C’est une attaque contre la démocratie avec l’entrée au Parlement d’une loi d’urgence, qui ne contient aucune mesure d’urgence dans ses plus de 500 articles, à un moment où le débat est limité et la réponse de la société ; fondamentalement les organisations de travailleurs, sont engagés à résoudre les problèmes qui affligent la population.