Restez informé Souscrivez ici
Coronavirus

Reconstruction après la crise de la couronne

Par Président du Parti travailliste néerlandais (PvdA), Lodewijk Asscher

Traduction de courtoisie

” Au moins, nous passons beaucoup de temps ensemble, papa”, a déclaré avec joie mon fils cadet, alors que je m’agenouillais pour essayer de combiner un travail en politique et l’enseignement à domicile. J’ai peur de ne pas pouvoir m’identifier aux concepts flous qui circulent sur le coronavirus rétablissant notre équilibre avec la nature et entre nous. Pour nous, en pratique, cela signifie simplement deux parents continuellement au téléphone et trois garçons qui manquent l’école et leurs amis malgré nos efforts pour leur donner l’enseignement à domicile.

Le virus provoque des maladies graves dans le monde entier, arrachant impitoyablement des êtres chers à notre société. Nous vivons une époque effrayante. Et cela fait une énorme différence que vous deviez rester à la maison dans un petit appartement avec un grand nombre d’enfants ou que vous viviez dans un endroit où il y a de la place pour respirer.

Néanmoins, mon plus jeune avait raison.

Il est presque impossible aujourd’hui de regarder en arrière et de se souvenir de ce qu’était la vie il n’y a pas si longtemps. En regardant des films ou des programmes qui ont été produits avant la crise, il est presque surréaliste de voir tout le monde se toucher. Le gouvernement nous demande d’essayer de trouver “la nouvelle normalité”, mais comment faire quand rien n’est plus normal ?

Nous travaillons toujours à la maîtrise du virus. Mais il est important de réfléchir à la façon dont nous allons reprendre la vie à long terme. Nous ne pouvons tout simplement pas demander à tout le monde de faire ces énormes sacrifices et continuer ensuite comme si rien ne s’était passé. Comment les gens ont-ils fait face à des crises de cette ampleur ?

Le langage guerrier utilisé par certains dirigeants m’agace vraiment – cette crise de la couronne n’est pas une guerre. Mais c’est le plus grand choc de notre société depuis la Seconde Guerre mondiale. J’ai eu la chance, quand j’étais petit, de pouvoir parler à mon grand-père Lodewijk, un survivant de Bergen-Belsen, de la façon dont ils ont abordé l’après-guerre. Il m’a dit que tout était question d’espoir. L’espoir pour les enfants. L’espoir pour la sécurité. La guerre n’avait pas rendu mes grands-parents très optimistes quant à l’humanité, et ils étaient malheureusement justifiés de se sentir ainsi. Cependant, la période de reconstruction d’après-guerre les a tous conduits à espérer une vie meilleure, réalisée sous la forme de l’État-providence dont nous pouvons tous être si fiers aujourd’hui.

Les choix que nous faisons aujourd’hui, en nous remettant sur pied dans un monde blessé, détermineront ce à quoi nos vies ressembleront dans les décennies à venir. Cela me rappelle le voile de l’ignorance concept introduit par John Rawls. Personne ne peut prédire à quoi ressemblera le monde lorsque nous lèverons le voile à la fin de la crise. Où la crise a-t-elle causé les plus grands dégâts sociaux ? Quels sont les secteurs qui ont résisté à la tempête, ceux qui sont en difficulté ? Que signifie notre sentiment retrouvé de vulnérabilité et de solidarité pour la reconstruction de la société ?

La crise de la couronne est unique : elle nous affecte tous, elle nous rend incertains et vulnérables. Nous ne pouvons actuellement pas contrôler le virus. Alors, en sortirons-nous en meilleure forme ? Pas nécessairement. Outre une crise sanitaire, la crise du coronavirus est également une crise économique et sociale. Si vous avez un revenu garanti, une maison spacieuse et un beau jardin, il peut être très agréable de rester à la maison. En revanche, si votre maison n’a jamais été un lieu sûr et que le travail et l’école vous ont permis de vous échapper, alors cela ressemblera davantage à une punition. La crise du coronavirus touche de manière disproportionnée les personnes vulnérables. Il suffit de penser à la solitude dans les maisons de soins et aux longues listes d’attente pour les soins de santé mentale. Face à toute cette incertitude et cette vulnérabilité, les personnes et la société dans son ensemble ont besoin de certitudes. Une certitude quant à la manière dont nous allons nous sortir de cette situation. De certitude quant à la manière de partager la douleur de manière équitable et appropriée. Il est impossible que l’on nous demande à tous de faire des sacrifices et que les actionnaires, les gros revenus et les multinationales, qui se détournent des valeurs publiques en période de prospérité, soient les premiers à demander l’aide du gouvernement et soient les premiers à en profiter lorsque la situation s’améliore. S’ils sont mal conçus, les plans de sauvetage signifient souvent davantage pour les entreprises et les actionnaires, tandis que les ménages ordinaires, en particulier les plus vulnérables, souffrent des réductions budgétaires et des augmentations d’impôts. Je crois que c’est l’une des leçons que nous devons tirer de la crise financière mondiale, car en tant que progressistes, nous avons manqué l’occasion de corriger la situation à l’époque. Il est clair que si nous réagissons mal maintenant, les inégalités et l’incertitude ne feront que s’accroître après la crise.

À certains égards, les États-Unis brandissent un miroir de ce à quoi ressemblerait une telle société. Il s’agirait d’une économie avec un grand nombre de milliardaires, mais sans amortisseurs. Il y aurait un grand nombre de personnes sans assurance et sans filet de sécurité sociale. Aux États-Unis, dans certaines villes et certains États, plus de 70 % des décès concernent des Afro-Américains[1]. Il faut souligner que les problèmes de santé tels que l’obésité et les maladies cardiovasculaires sont beaucoup plus répandus dans les couches les plus pauvres de la société..

Le monde est aujourd’hui confronté à quatre crises à la fois : une crise sanitaire, une crise économique, une crise sociale et une crise climatique. Résoudre une crise sans tenir compte des autres ne ferait que déplacer les problèmes[2]. Le mode de pensée néo-libéral dominant de ces dernières années n’apportera pas de solution ici. Nous sortons d’une époque où le marché était roi, l’individu la solution et l’État le problème. Le système de pensée du marché libre qui a prévalu pendant quarante ans est techniquement et moralement en faillite. Une économie qui profite à un petit groupe de personnes alors que le reste de l’humanité et la planète en paient le prix, n’est plus viable. Au contraire, l’idée que la poursuite de notre intérêt personnel nous rendrait tous meilleurs (la cupidité est bonne) n’a fait que rendre les humains, la planète et la société plus vulnérables.

Par exemple, le Centre de recherche sur les sociétés multinationales [SOMO] aux Pays-Bas a montré que les 27 plus grandes sociétés pharmaceutiques se sont de plus en plus concentrées, au cours des 20 dernières années, sur la mise en place de structures financières lucratives plutôt que sur l’invention ou la production de médicaments ou de vaccins largement accessibles contre des virus tels que le nouveau coronavirus[3].

Cette étude met en évidence la pauvreté de la philosophie du marché libre comme alternative aux valeurs publiques, comme le démontre la fermeture de nos propres installations pour le développement de vaccins ou la distribution d’équipements de protection individuelle. Des avions avec une cargaison complète de masques faciaux étant dirigés pour changer de cap en plein vol, non pas vers une région où le besoin est le plus grand, mais vers un plus offrant. Les compagnies pharmaceutiques qui ne peuvent pas fournir mais qui sont néanmoins réticentes à partager leurs connaissances afin que d’autres puissent augmenter la capacité d’essai. Les forces invisibles du marché nous poussent souvent dans la mauvaise direction. À mon avis, cela signifie que nous devrions laisser de côté l’idée que les marchés font tout mieux que les gouvernements une fois pour toutes.

Les circonstances actuelles démontrent également l’instabilité du capitalisme actionnarial. Les entreprises jouent un rôle essentiel dans la société pour leurs employés, leurs clients et la société dans son ensemble. Toutefois, au cours des dernières décennies, les entreprises ont semblé placer les intérêts de leurs actionnaires au-dessus de ceux de la société. Un exemple douloureux est fourni par la compagnie aérienne néerlandaise KLM, qui a dépensé 200 millions d’euros ces dernières années pour acheter des actions afin de stimuler le cours de l’action et ainsi augmenter les primes des dirigeants. Et maintenant, KLM demande l’aide des pouvoirs publics pour survivre, tout en voulant licencier 1500 à 2000 employés. Le socialisme pour les riches, le capitalisme de libre marché pour les autres. L’économiste de Groningue Dirk Bezemer a fait un calcul simple dans le magazine Groene Amsterdammer. L’argent dépensé pour l’achat d’actions aurait permis à KLM de payer 100 000 euros à chacun de ces 2 000 salariés[4].

Les entreprises qui aiment habituellement jouer le jeu de contribuer le moins possible à la société, comme booking.com, sont maintenant en tête de file pour demander de l’aide.

La crise de la couronne montre également que le gagnant prend la plupart des économies est en échec. Dans ce modèle économique, les bénéfices vont à un petit groupe de personnes, tandis que les coûts, qu’il s’agisse d’incertitude, de pollution ou de stress, se déversent sur nous tous. Les risques de notre économie sont supportés par les secteurs de la société qui sont les moins à même de les supporter. Cette fois-ci, ce sont les travailleurs flexibles et les indépendants qui sont les plus touchés. Il s’agit d’une privatisation du risque social. Il est parfaitement clair que beaucoup ne sont pas en mesure de supporter ces pertes. C’est une illusion idéologique d’imaginer que chacun est capable d’accumuler individuellement des réserves suffisantes pour se protéger contre les revers.

La société après la couronne devrait être construite sur la base de la compréhension que nous dépendons tous les uns des autres. Nous partageons une seule et même planète. Nous partageons un seul pays. Quiconque essaie de se contenter de s’occuper de lui-même sera impuissant face aux nouveaux risques. Personne n’est invulnérable. Dans ce monde incertain, le risque doit être réparti équitablement. Je pense que nous avons affaire à un système qui a fait son temps. Mais en même temps, il y a beaucoup de raisons d’espérer. Par exemple, la force de notre secteur public, les innovations des entrepreneurs qui s’adaptent à la vitesse de la lumière, qui se tournent vers un avenir plus durable, une nouvelle réalisation de l’unité et de la solidarité. Les gens montrent en masse qu’ils se soucient les uns des autres et qu’ils sont prêts à partager. Les enfants font des dessins pour les personnes âgées, les personnes âgées lisent des histoires aux enfants en ligne. La solidarité est une solution, pas un problème. Elle signifie que les bénéfices tirés du travail en commun doivent être répartis équitablement, que chacun doit avoir une base de vie décente et bénéficier d’une sécurité sociale et économique.

Cela signifie également que nous devrions réévaluer les professions où s’effectue le travail le plus important pour nous tous : les infirmières, les enseignants, les policiers, les empileurs de rayonnages, les livreurs, les travailleurs des transports publics. Actuellement, les salaires très élevés des grands patrons d’entreprise contrastent fortement avec ceux des travailleurs du secteur de la santé. Notre appréciation, qui se traduit actuellement par des applaudissements, devrait se traduire par de meilleurs salaires, moins de pression au travail et plus de collègues. Et, cette réévaluation du secteur public devrait être à long terme. C’est exactement ce que j’ai appris de la crise précédente. Je suis fier que nous n’ayons pas réduit les prestations sociales, malgré les pressions exercées par le droit. Je suis fier que nous ayons trouvé des fonds supplémentaires pour lutter contre la pauvreté. J’ai appris que nous aurions dû investir plus tôt et davantage dans les personnes qui portent réellement la société.

L’inégalité est également contagieuse. Les pays et les entreprises sont en concurrence les uns avec les autres dans une course vers le bas en termes de protection et de fiscalité. Nous avons besoin d’un vaccin contre l’inégalité. Le coronavirus montre que nous sommes tous vulnérables, mais que ce sont les personnes déjà désavantagées qui sont le plus durement touchées. Parce qu’elles sont plus exposées en tant que travailleurs de première ligne. Parce que leur santé sous-jacente est plus mauvaise. Parce que notre économie a transféré trop de risques sur des personnes qui ne peuvent pas les supporter, par exemple les travailleurs flexibles, les travailleurs indépendants et le secteur culturel. Le virus ne fait pas de discrimination, mais il touche bien plus les personnes vulnérables. La philosophie du marché libre nous disait que chacun devait supporter son propre risque. Le succès est quelque chose que vous choisissez, donc la malchance est de votre propre faute.

L’inégalité est persistante, mais la bonne nouvelle est que nous savons exactement quels ingrédients sont nécessaires pour le vaccin. L’égalité des chances, la redistribution et un État-providence qui appartient à chacun d’entre nous et qui fonctionne pour nous tous. La malchance est une chose qui peut arriver à tout le monde et nous devrions donc tous pouvoir nous rabattre sur un mode de vie de base décent. Les considérations financières ne devraient jamais dominer lorsqu’il s’agit d’accéder à des prestations essentielles telles que les soins de santé, l’éducation ou le système judiciaire.

La sécurité socio-économique à long terme signifie que nous ne pouvons pas laisser la création d’emplois au seul marché. Trop de choses précieuses ne sont tout simplement pas faites actuellement. Donnons donc aux gens le droit de travailler. Là où le marché échoue, nous devons créer des emplois de base afin de briser la solitude, d’assurer la sécurité des quartiers et de prendre soin des autres. Personne n’a besoin de rester inutilement à la maison, alors qu’il y a tant à faire et tant de choses dont la société a encore besoin.

Il est impossible de se remettre sur pied dans un monde blessé sans gérer notre économie. Les valeurs publiques doivent être entre les mains du public. L’idée que le gouvernement n’est pas bon alors que le marché peut résoudre tout et n’importe quoi, était une illusion. L’économiste italo-américaine Mariana Mazzucato[5] a montré qu’une grande partie de l’innovation était le résultat d’investissements publics. Cependant, dans notre économie actuelle, les bénéfices de ces investissements publics sont engrangés par des intérêts privés. La promesse que le marché était mieux à même d’organiser les services publics à un prix plus bas a été plus souvent trahie qu’elle n’a été tenue. Après la couronne, il est temps d’être très clair : certains services sont trop importants pour être laissés aux seules forces du marché. Dans le secteur des soins de santé, la clé pour faire face à la crise s’est avérée être la collaboration. Et en ce qui me concerne, cela devrait être la nouvelle norme pour l’avenir. Pas la concurrence. La collaboration. Dans notre intérêt à tous.

Le monde de l’après-Covid 19 a besoin d’un gouvernement qui soit prêt à investir et à prendre les choses en main. La terre appartient à nous tous, pas aux spéculateurs. Les données et les informations nous appartiennent à tous, pas aux entreprises technologiques et aux développeurs d’applications. L’énergie durable nous appartient à tous, et non à quelques privilégiés. L’accès à la terre, à l’information et à l’énergie ne devrait jamais être un monopole et c’est le travail du gouvernement de s’assurer que cela n’arrive pas.

Cela signifie que le gouvernement devrait prendre l’initiative de développer des médicaments abordables. Les Pays-Bas devraient être à l’avant-garde du renouvellement du système de brevets en faillite, afin que les valeurs publiques priment dans le développement des médicaments, et non les motivations de profit privé, comme c’est le cas actuellement. Le pouvoir de l’industrie pharmaceutique s’est trop accru, au détriment de nous tous. Aux États-Unis, Alex Azar, le ministre de la santé, a été contraint d’admettre que les nouveaux traitements ou vaccins pour le coronavirus pourraient ne pas être abordables pour tous les Américains[6]. Une solution évidente consiste à regrouper les droits de propriété intellectuelle sur le vaccin contre le coronavirus, afin qu’il soit dans l’intérêt de tous de partager les connaissances. Le Costa Rica a déjà plaidé en ce sens dans le cadre de l’OMS. Les Pays-Bas devraient soutenir cette idée sans condition. Le Conseil consultatif national pour la santé publique a déjà indiqué qu’il devrait être plus facile de produire nos propres médicaments et donc de briser le pouvoir des grandes entreprises pharmaceutiques. Le gouvernement pourrait utiliser des licences obligatoires pour permettre aux pharmaciens et à d’autres entreprises de fabriquer des versions bon marché de médicaments coûteux.

Cela signifie également que le gouvernement devrait prendre l’initiative de veiller à ce qu’il y ait suffisamment de logements abordables. Une autre leçon que j’ai tirée de la crise précédente. Ce n’est pas parce qu’une grande récession se profile à l’horizon qu’il faut automatiquement mettre fin à la pénurie de logements. Il appartient au gouvernement de poursuivre la construction dans les périodes où l’économie ne va pas bien. Brisons le pouvoir des spéculateurs et des loueurs à la sauvette, en recourant à la dépossession si nécessaire, et assurons-nous que chacun puisse vivre dans un logement abordable[7].

Cela signifie également que les informations et les données restent la propriété des personnes elles-mêmes. Si nous sommes obligés de choisir entre la vie privée et notre santé, beaucoup choisiront la santé. Les gouvernements ne devraient donc pas demander aux gens de choisir entre les deux. Comme l’a expliqué Yuval Noah Harari dans le Financial Times, c’est un faux choix. Nous pouvons et devrions pouvoir jouir de notre vie privée aussi bien que de notre santé. En utilisant des informations publiques de haute qualité, en investissant dans la collaboration et en réalisant d’importants investissements publics pour augmenter la capacité de dépistage, le gouvernement devrait faire confiance aux gens pour agir dans leur propre intérêt ainsi que dans l’intérêt général de la société. C’est ce que nous avons constaté jusqu’à présent dans l’adhésion des gens à la distanciation sociale et au lavage des mains. Nous sommes en mesure de suivre les conseils parce que nous savons que c’est la bonne chose à faire, et non parce que Big Brother regarde par-dessus notre épaule.

Certaines personnes pourraient objecter que cela signifierait que le rôle du gouvernement échappe à tout contrôle. Pendant la crise de la couronne, les gouvernements ont pu mettre des centaines de millions de personnes en quarantaine, mettre l’économie en pause et limiter les libertés individuelles. Il me semble donc qu’après la crise, nous pouvons utiliser ce même pouvoir pour offrir aux gens la liberté et la sécurité. Un nouveau contrat social entre le gouvernement et les citoyens

Depuis l’époque de Margaret Thatcher, l’argument le plus convaincant est TINA (il n’y a pas d’alternative). “Habituez-vous”, pourriez-vous dire. Mais si tout peut changer en si peu de temps, cela signifie que nous pouvons faire beaucoup plus. TINA est morte, vive notre imagination.

Une répartition équitable des revenus et des risques signifie un nouveau contrat social avec les entreprises. Selon McKinsey[8], en Europe, Covid 19 a mis un emploi sur quatre en danger. Il est donc tout à fait naturel que les entreprises soient soutenues. Cependant, il est douloureux de voir que des entreprises qui, pendant de nombreuses années, ont fait tout leur possible pour payer le moins d’impôts possible, sont maintenant parmi les premières à demander l’aide du gouvernement. Il est temps de réformer l’économie actionnariale en un nouveau modèle rhénan, en rééquilibrant les intérêts des entreprises et de la société.

C’est pourquoi le soutien massif offert aux entreprises à l’heure actuelle doit être conditionné. Et le public doit avoir son mot à dire pour garantir que les entreprises bénéficiant d’un soutien servent la société dans son ensemble à l’avenir. Recevoir un soutien aujourd’hui signifie réduire les primes et les salaires au sommet de l’organisation. Recevoir un soutien signifie maintenant maintenir les gens dans leur emploi et leur donner un droit de regard sur la gestion de l’organisation. Aider maintenant, c’est offrir des contrats décents aux gens plus tard. Soutenir aujourd’hui signifie ne pas verser de dividendes. Soutenir aujourd’hui signifie faire partie de la nouvelle économie post-coronavirus plus tard. Une économie où les entreprises paient des impôts appropriés, car les impôts servent à payer des choses dont nous avons tous besoin.

Les entreprises qui ne s’intéressent qu’à la recherche de profits, qui ne se soucient pas de la sécurité et qui n’apportent pas de valeur ajoutée à la société n’ont pas le droit d’exister. L’avenir de nos emplois et de notre prospérité exige que les employeurs qui travaillent avec leurs employés se concentrent sur la santé à long terme de leur entreprise. Et si les entreprises doivent être sauvées par les contribuables, le public doit conserver une participation dans ces entreprises afin de préserver l’intérêt public, de garantir que les conditions sont remplies et que la culture du conseil d’administration change pour le mieux.

La crise de la couronne et la crise climatique ont quelque chose en commun : nous sommes tous dans le même bateau. Quiconque veut garder pour lui les bénéfices de la croissance économique et en faire supporter les coûts aux autres et à la planète risque de voir ces risques lui retomber dessus. La coopération est essentielle. La montée du nationalisme, où chaque pays ne s’occupe que de ses propres intérêts, qui mine les collaborations internationales et multinationales, doit cesser.

C’est également le bon moment pour rendre notre économie durable et inclusive. Les renflouements des compagnies aériennes devraient conduire à la participation des employés, à la contribution des actionnaires et des détenteurs d’obligations et à un mouvement vers la durabilité. Dans l’économie du futur, il devrait être plus rentable de protéger la planète que de la détruire. Les coûts pour l’environnement devraient faire partie du prix des choses, un prix qui devrait être réparti aussi équitablement que possible. Cela signifie que les grands pollueurs vont devoir commencer à payer, par exemple sous la forme d’une taxe sur le kérosène pour les compagnies aériennes.

Nous devrions combiner la lutte contre le coronavirus avec le Green Deal européen. Comme pour le logement et les médicaments, le gouvernement devrait commencer à jouer un rôle de premier plan afin de s’assurer que la révolution verte nous appartient à tous et profite à tous. Le gouvernement ne devrait pas permettre que le fardeau de la durabilité soit supporté par les seuls ménages et devrait s’assurer que les avantages profitent à chacun d’entre nous. Cet air pur sans ces traînées blanches d’avion sauve aussi des vies.

Aucun pays ne peut lutter seul contre une pandémie. Ni la crise économique qui en résulte. Hoekstra et Rutte ont donc été mal avisés de reprocher à l’Italie et à l’Espagne de ne pas être prêtes pour cette crise. Personne n’était prêt pour cette crise. Nous avons un choix : soit nous assurons notre avenir ensemble, en tant que collectif fort. Ou bien nous tombons un à la fois. La conférence du coronavirus marque également le début d’une nouvelle phase pour les pays d’Europe.

Une Union européenne sans solidarité n’est pas du tout une union. Un débat sérieux sur la solidarité entre le Nord et le Sud signifie que nous devons nous attaquer au déséquilibre économique fondamental. Les avantages pour l’Europe du Nord ont été discrètement acceptés (taux d’intérêt bas, valeur relativement faible de l’euro par rapport au mark ou au florin, grandes possibilités d’exportation), tandis que le soutien potentiel à l’Europe du Sud a été politisé et rejeté. Sans parler du rôle discutable joué par les Pays-Bas dans le domaine fiscal. Pendant trop longtemps, les entreprises, y compris celles d’Europe du Sud, ont pu éviter les impôts via les Pays-Bas. Des hommes politiques comme Hoekstra et Rutte, qui réclament à grands cris des réformes dans le Sud mais qui, en même temps, ne veulent pas s’occuper de l’évasion fiscale via le système fiscal néerlandais, trompent les gens et causent du tort à l’Europe.

Je crois en une Europe forte, sociale et durable. Pour le bien de notre propre avenir ainsi que pour les relations internationales. C’est pourquoi je suis en faveur d’un plan Marshall européen visant à assurer la sécurité sociale et économique de tous les Européens afin de soutenir notre économie future. Un lien européen nous rend forts, divisés nous serons plus faibles.

La solidarité comme tâche politique

Après la crise de la couronne, les élections seront dominées par la reconstruction et le partage de la facture. Même dans les scénarios les plus optimistes, nous nous dirigeons vers une profonde récession avec des coûts plus élevés

pour la sécurité sociale et la baisse des recettes fiscales, alors que la dette publique aura augmenté de manière significative. Cela signifie qu’une politique technocratique ou post-idéologique ne suffira pas.

Trop souvent, la force a raison, alors que le projet de loi est présenté aux plus vulnérables. Ces derniers temps, l’État-providence semblait être là pour les grandes multinationales, tandis que le reste de la société était confronté au capitalisme sauvage. Il faut que cela change. Les politiciens de droite se tourneront toujours vers le secteur public pour répartir la facture, vers les allocataires sociaux, les personnes âgées et les locataires. Si les politiciens progressistes ne parviennent pas à proposer une alternative, seuls les populistes offriront de l’espoir.

Les progressistes devraient travailler ensemble pour protéger les gens et présenter la facture à ceux qui sont le plus en mesure de payer. Les multinationales, les riches, ceux qui ont les revenus les plus élevés et les grands pollueurs. Une partie de ce paquet devrait être un impôt sur les bénéfices exceptionnels de ceux qui ont bénéficié de la crise de manière disproportionnée et qui ont été pendant longtemps les parias de la nouvelle économie – les grandes plateformes numériques. Une taxe sur les gains exceptionnels devrait être adoptée par les progressistes européens dans le cadre de notre effort de relance. Le coût de cette crise ne doit pas conduire à l’appauvrissement du secteur public ou culturel, bien au contraire. Il est troublant de voir comment ce cabinet, en période de forte conjoncture et d’excédents, s’est empressé de donner les dividendes aux grandes entreprises alors que les enseignants et les infirmières étaient ignorés.

Le monde après la couronne. Plus de la même volonté signifie moins pour nous tous. J’ai exposé ci-dessus les choix fondamentaux auxquels nous sommes confrontés. Continuer à l’ancienne manière conduira à plus d’inégalités et à une érosion supplémentaire des fondamentaux de la société. Mais si nous choisissons une économie différente, nouvelle et propre, avec un rôle actif pour le gouvernement, chacun de nous peut à nouveau être assuré d’une existence de base décente et chaque enfant d’un avenir meilleur. Le capitalisme actionnarial doit être maîtrisé. Une nouvelle sécurité doit être trouvée pour ceux qui supportent aujourd’hui trop d’incertitudes et trop de risques. Plus ensemble et moins chacun pour soi.

Ces dernières semaines ont montré qu’ensemble, nous sommes capables de changer radicalement nos vies. Cela montre de quoi nous sommes capables. Il appartient maintenant aux responsables politiques d’utiliser ce même pouvoir pour partager un avenir meilleur. C’est ce que mon grand-père, il y a 75 ans, et mon plus jeune fils partagent : L’espoir d’un avenir meilleur.

Nous avons la possibilité et le devoir, après la couronne, de rendre la société plus juste et plus décente. Saisissons ensemble cette chance.

[1] https://www.nytimes.com/2020/04/07/us/coronavirus-race.html

[2] https://www.project-syndicate.org/commentary/covid19-crises-of-capitalism-new-state-role-by-mariana-mazzucato-2020-03

[3] https://www.somo.nl/nl/private-gains-we-can-ill-afford/

[4] https://www.groene.nl/ar+kel/redden-we-werknemers-of-bedrijven

[5] Mazzucato, M. (2015), The Entrepreneurial State, Public Affairs

[6] https://www.project-syndicate.org/commentary/covid19-crises-of-capitalism-new-state-role-by-mariana-mazzucato-2020-03

[7] See also RLI (2017) Adviesraad pleit voor modernisering grondbeleid

[8] McKinsey & Company, Safeguarding Europe’s livelihoods: Mi+ga+ng the employment impact of COVID-19, April 2020