Restez informé Souscrivez ici
Coronavirus

A travers la double crise

Par Secrétaire aux relations extérieures et internationales, Membre de la présidence, Mouvement pour l’autodétermination !, Kreshnik Ahmeti

La couleur rouge de la pandémie a commencé à peindre la carte du Kosovo le 13 mars, lorsque les deux premiers cas ont été identifiés dans deux petites municipalités de notre République. Le gouvernement avait déjà pris des mesures de précaution pour empêcher la propagation de COVID-19, en établissant des mécanismes interinstitutionnels et en surveillant intensivement la situation sur le terrain, en particulier aux postes frontières et à l’aéroport international de Prishtina.

Le jour même où les premiers cas ont été identifiés, le gouvernement s’est réuni et a pris les premières mesures importantes, telles que la fermeture des jardins d’enfants, des écoles et des universités, l’arrêt de tous les vols commerciaux, la fermeture des bars, des restaurants et des pubs, etc. Parallèlement à ces mesures, le gouvernement a aidé les travailleurs, les entreprises publiques et les entreprises privées par le biais de diverses mesures fiscales.

Parallèlement à ces mesures, le gouvernement a aidé les travailleurs, les entreprises publiques et privées par le biais de diverses mesures fiscales. Tout cela s’est passé alors que le Kosovo avait un nouveau Premier ministre, M. Albin Kurti, qui a remporté les élections du 6 octobre 2019, et un nouveau gouvernement qui a été mis en place le 3 février par la coalition des deux anciens partis d’opposition, le Mouvement pour l’autodétermination (LVV) et la Ligue démocratique du Kosovo (LDK).

Les élections du 6 octobre se sont déroulées dans un contexte politique sensible. Depuis deux ans, le président de la République du Kosovo, M. Hashim Thaci, s’est lancé dans une dangereuse aventure personnelle en essayant d’officialiser un accord secret qu’il a conclu avec le président de la Serbie, et qui est construit autour de l’idée d’un échange de terres basé sur des lignes ethniques. Un tel accord est dangereux car, puisqu’il est basé sur l’ethnicité, il ne peut être mis en œuvre sans un processus de nettoyage ethnique, qui déstabiliserait gravement le Kosovo et matérialiserait le spectre de la guerre qui hante les Balkans. Outre le Kosovo, un tel accord déstabiliserait également la région, compte tenu de la situation fragile de nombreux États des Balkans occidentaux. Cet accord a été gardé secret par le Président car il était conscient qu’un tel accord ne recueillerait jamais le soutien de la population du Kosovo. Cela lui a été clairement expliqué dans les rues, avec la plus grande manifestation au Kosovo depuis son indépendance, organisée en septembre 2018 contre son projet d’échange de terres, et par des élections, avec la victoire du Mouvement pour l’autodétermination le 6 octobre 2019, qui a fait campagne sur la promesse de politiques anti-corruption, le développement économique et l’opposition au projet d’échange de terres.

Bien que le Kosovo soit un exemple de bonne gestion de la pandémie, le 17 mars, le Président de la République du Kosovo a déclaré publiquement qu’il voulait déclarer l’état d’urgence et qu’il demanderait officiellement au Parlement de voter une telle mesure. Cela signifie qu’il pourrait dépouiller le gouvernement progressiste nouvellement formé de tout son pouvoir et qu’il pourrait diriger le pays pendant un certain temps. C’était une excellente occasion pour lui de contourner le Premier ministre Kurti et de conclure un accord formel avec Vucic, en utilisant l’état d’urgence et donc en utilisant la pandémie en sa faveur. Au moment de son annonce, il n’y avait que 18 personnes infectées et une seule personne morte du COVID-19 au Kosovo.

Après avoir pris cette mesure, son plan a été dévoilé au grand jour. Son désir de déclarer l’état d’urgence n’a pas été accueilli favorablement par le public et il n’a jamais osé demander officiellement au Parlement de voter une telle mesure. Au lieu de cela, il s’est tourné vers notre partenaire junior, la LDK, et a commencé à faire pression sur eux. La “pression” au Kosovo consiste généralement à faire chanter un parti ou une personnalité publique en l’informant de ses méfaits passés, afin d’obtenir leur soutien. Hashim Thaci, en tant qu’ancien président du Parti démocratique du Kosovo (PDK), qui est lié à un service de renseignement illégal, en tant qu’ancien membre d’un gouvernement en coalition avec la LDK et en tant que président du Kosovo pour lequel les votes de la LDK ont été déterminants pour son élection, connaît très bien la LDK. Une semaine après avoir omis de déclarer l’état d’urgence, le président a réussi à tourner la LDK en sa faveur et contre notre gouvernement progressiste, qui a ensuite été renversé par une motion de confiance présentée par la LDK elle-même, en tant que partenaire junior de la coalition.

Ainsi, 52 jours après sa formation, le nouveau gouvernement progressiste a été renversé. Sur le plan international, il a été considéré comme la première victime politique de COVID-19. Mais, cette interprétation montre l’incapacité à saisir la réalité des contradictions de la situation dans le pays. La motion de confiance a eu lieu pour deux raisons : la première était la lutte contre la corruption menée par le nouveau gouvernement, qui mettait en danger le capital et les privilèges de l’ancienne élite, et la principale raison était le projet du président d’échange de terres à caractère ethnique qui ne pouvait pas avoir lieu tant que M. Kurti était Premier ministre.

Alors que les ambassades de France et d’Allemagne au Kosovo ont envoyé une démarche ouverte à la LDK pour qu’elle ne poursuive pas sa motion de confiance pendant que toute la société était confrontée à la pandémie, l’ambassadeur des États-Unis au Kosovo a tweeté qu’il était “heureux de voir que l’Assemblée tiendra une session sur le vote de défiance…”. Cette réaction s’explique par l’impulsion donnée par l’ancien ambassadeur Richard Grenell, l’émissaire du président Trump pour le dialogue entre la République du Kosovo et la Serbie, qui est très intéressé par un accord entre les deux Etats. Mais, la position du nouveau gouvernement progressiste était que plus important que le moment de l’accord, est le contenu de celui-ci.

Après la motion de censure, la situation politique a stagné, car le président n’était pas disposé à convoquer de nouvelles élections, comme le conseillaient la Constitution et les pratiques antérieures. Notre position en tant que LVV était d’aller à de nouvelles élections immédiatement après la fin de la pandémie. C’était raisonnable, même si l’on tient compte de nos pays voisins : le nord de la Macédoine ira aux élections dès que la pandémie sera terminée, la Serbie ira aux élections le 21 juin, le Monténégro semble aller aux élections en septembre, et la Croatie ira aux élections le 5 juillet. Les élections sont donc possibles et doivent être organisées conformément à notre Constitution.

Indépendamment de la Constitution, des pratiques antérieures et du fait que la LVV n’a jamais rejeté le mandat de désigner un nouveau candidat au poste de Premier ministre, le Président a écarté la LVV en tant que parti politique ayant remporté les élections, et a donné le mandat à M. Avdullah Hoti, précédemment Vice-Premier ministre de M. Albin Kurti et actuellement Vice-Président de la LDK. Cette décision du Président a été contestée par LVV devant la Cour constitutionnelle. Le 28 mai, la Cour Constitutionnelle a donné une interprétation de la situation qui a été entièrement construite par les opinions publiques données par le Président. Son verdict est plein de déclarations politiques et est en totale contradiction avec son propre verdict rendu en 2014, concernant la même affaire. De plus, le document officiel final que la Cour a publié diffère du document officiel initial du verdict. C’était un signe évident de manipulation de la part de la Cour constitutionnelle. En fin de compte, la Cour a ouvert la voie à M. Hoti pour former un nouveau gouvernement, comme le souhaitait M. Thaci.

Le 3 juin, après une immense pression exercée par le Président sur les députés (dans un cas, la veille de la session, à 1 heure du matin, le Président lui-même s’est rendu au domicile d’un des députés et l’a “convaincu” de voter pour le gouvernement de M. Hoti), le gouvernement de M. Avdullah Hoti a été voté à une majorité minimale, 61 voix sur 120 députés au Parlement. Le deuxième jour dans son bureau, M. Hoti a donné au président Thaci la compétence pour le dialogue avec la Serbie, et le troisième jour dans son bureau, il a retiré la réciprocité comme principe des relations entre la République du Kosovo et la Serbie. Cela signifie que la position internationale du Kosovo, par rapport à la Serbie, s’est dégradée en quelque chose d’autre, qui est moins qu’une relation internationale. D’autre part, Hoti a nommé un avocat au poste de ministre de la santé. La première chose que le nouveau ministre de la santé a faite, a été d’assouplir toutes les mesures contre la propagation de COVID-19, alors que le nombre de cas par jour augmente et a atteint à nouveau un sommet.

Cette situation a frustré la majorité des habitants du Kosovo. Comme il existe toujours des restrictions de mouvement et des mesures d’éloignement physique, deux manifestations de pratique ont été organisées à Prishtina au cours des trois dernières semaines. Le nombre de participants a été multiplié par dix : 500 personnes ont assisté à la première et 5 000 à la seconde. Ces répétitions de protestations ont été prises comme des préparatifs pour de futures protestations, sous les limitations de COVID-19, pour s’opposer au gouvernement illégitime et au projet d’échange de terres du président.

C’est la première fois dans notre République que les gens protestent pour sauver le gouvernement et non contre lui. Quelques jours avant la motion de confiance, alors que les restrictions de mouvement étaient en place, les gens tapaient sur des pots depuis leur balcon pour s’opposer à la motion de confiance appelée par notre ancien partenaire junior, la LDK.

Les derniers sondages, menés par le PNUD et financés par l’USAID, ont montré que le niveau de satisfaction à l’égard de l’actuel Premier ministre est le plus élevé depuis 2010. Le niveau de satisfaction de l’ancien Premier ministre, interrogé en 2019, était de 20,7 %, tandis que le niveau de satisfaction du Premier ministre Kurti est de 65,4 %.

Cela va de pair avec les sondages les plus récents concernant le soutien des citoyens aux partis politiques. Lors des dernières élections, LVV a remporté 26,3 % des voix, alors qu’aujourd’hui, 52,8 % des citoyens interrogés ont déclaré leur soutien à LVV. Cette augmentation considérable du soutien est le résultat des politiques progressistes que le gouvernement dirigé par M. Albin Kurti a adoptées au cours de cette brève période.

Outre les répétitions de protestation, une pétition est actuellement en cours, qui demande de nouvelles élections démocratiques et qui devrait être l’une des plus importantes jamais organisées dans notre République. Au moment de la rédaction du présent rapport, la pétition a été signée par plus de 150 000 citoyens au cours de la première semaine. En général, il y a beaucoup de pression de la part des citoyens qui demandent de nouvelles élections. D’autre part, il y aura une forte résistance contre le dangereux projet du Président de signer un accord avec la Serbie, qui diviserait le pays sur le plan territorial et modifierait ses frontières.

Les prochains mois seront décisifs pour l’avenir de la République du Kosovo et des Balkans en général. D’un côté, nous avons le projet de diviser les gens selon leur appartenance ethnique, sous l’impulsion de dirigeants autoritaires corrompus qui ont gouverné au cours de la dernière décennie, et de l’autre côté, nous avons le peuple, qui demande des élections démocratiques, un État unitaire sans distinction d’ethnie, le développement économique et la lutte contre la corruption, autant d’éléments dont le gouvernement kurde a démontré qu’ils étaient possibles.

Le coup d’État initial, tenté par le président par le biais de la motion d’état d’urgence, a été empêché par la bonne gestion de la pandémie par le gouvernement du Kosovo. Ensuite, le président a tenté un second coup d’État, par l’intermédiaire de la Cour constitutionnelle, qui a abouti à un succès et a modifié le système électoral démocratique de la République du Kosovo. L’histoire nous apprend que lorsque les intérêts financiers et économiques d’une élite corrompue sont opposés par un gouvernement, la vieille élite utilise son influence au sein des mécanismes de l’État pour se débarrasser d’un tel gouvernement. Mais, ils ne peuvent pas se débarrasser des gens qui réclament la démocratie et le progrès. Le changement dans la République du Kosovo a commencé le 6 octobre 2019. C’est peut-être un processus difficile, mais il sera impossible de l’arrêter.

11.06.2020