Restez informé Souscrivez ici
Coronavirus

Les murs et les armes ne peuvent pas arrêter un virus : les priorités doivent changer !

Par Président de l’Initiative nationale palestinienne et membre du conseil d’administration de l’Alliance progressiste, Mustafa Barghouthi

Traduction de courtoisie

Le coronavirus a exposé la vérité nue sur les systèmes sanitaires, économiques et de sécurité mondiaux défectueux plus que des millions d’articles, de publications et de livres ne le pourraient jamais. Il a révélé la vérité flagrante sur un système néo-libéral qui permettait à huit hommes de posséder la même quantité de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

Ce virus nous rappelle la disparité des dépenses de santé dans le monde, les dépenses de santé en 2017 pour les pays à faible revenu ne dépassant pas 41 dollars par personne et par an, contre 10 224 dollars aux États-Unis ou 5 728 dollars en Allemagne par exemple

La crise a également démontré que le montant des dépenses de santé ne constitue pas à lui seul une mesure adéquate pour garantir de bonnes normes sanitaires. Aux États-Unis, par exemple, 17 % du revenu national brut est consacré aux soins de santé. Pourtant, 27,5 millions de personnes n’ont pas eu d’assurance maladie à un moment donné en 2018 et seulement 34,4 % de la population a une assurance maladie publique (non privée).

La majeure partie de cet argent va dans les poches des compagnies d’assurance et de médicaments, et non pour les soins de santé des personnes ou pour les soins préventifs et primaires. Le coût étonnamment élevé des traitements médicaux joue également un rôle dans la surfacturation des dépenses.

Malgré tout ce qu’elles encaissent, les entreprises pharmaceutiques se sont jusqu’à présent révélées incapables de développer un vaccin contre ce dangereux virus.

Rien qu’en 2018, 1 800 milliards de dollars ont été dépensés dans le monde pour l’armement et les dépenses militaires connexes, ce qui représente 25 % du total des dépenses mondiales de santé (7 500 milliards de dollars en 2016). Ces dépenses sont bien sûr totalement incapables d’arrêter le nouveau coronavirus, qui ne fait pas la différence entre une personne démunie dans les rues de Delhi et le plus riche des riches du monde en Californie ou à New York. Il n’épargne pas non plus les dirigeants, les rois, les premiers ministres ou les célébrités qui sont aussi vulnérables au virus que les citoyens ordinaires.

Le virus révèle toutefois de grandes disparités dans les tests et les traitements.

En Palestine, par exemple, la pandémie de coronavirus met en évidence l’impact des politiques d’apartheid d’Israël sur notre système de santé et notre capacité à protéger nos communautés. Les responsables de la santé et les professionnels de la santé font de leur mieux pour tenir le virus à distance, mais il n’est pas facile de lutter contre le coronavirus sous occupation militaire ; il y a une grave pénurie de matériel – notamment de kits de dépistage – alors qu’à Gaza, les infrastructures de base, notamment l’électricité et l’assainissement, sont déjà au point de rupture.

La disparité apparaît clairement dans les chiffres : selon l’Organisation mondiale de la santé, les hôpitaux de Cisjordanie disposent d’environ 213 lits d’unité de soins intensifs équipés de ventilateurs, pour une population de 2,5 millions d’habitants (un pour 11 737 Palestiniens), tandis qu’à Gaza, il n’y a qu’environ 80 lits d’unité de soins intensifs (dont beaucoup sont déjà indisponibles) pour une population de 2 millions d’habitants (un pour 25 000). À la mi-mars, Israël disposait d’environ 3 300 appareils de soins respiratoires (et prévoit d’en ajouter d’autres), pour une population de 9,1 millions de citoyens (un pour 2 757 citoyens).

Le monde est devenu un village en expansion du fait de la mondialisation et de l’explosion des échanges commerciaux. Le monde est ainsi devenu un seul corps, sans frontières qui pourraient arrêter les nouveaux virus et les nouvelles maladies et les maintenir dans les pays en développement, comme c’était le cas pour la malaria et la fièvre jaune dans le passé pré-mondialisation. De nouveaux virus mystérieux peuvent maintenant se propager dans le monde entier sans relâche.

Notre monde moderne s’est préoccupé de développer des équipements et des programmes de surveillance électronique qui ont anéanti la vie privée des gens, et a fait en sorte que chaque appel téléphonique, chaque conversation sur cette planète, puisse être enregistré et conservé dans les serveurs électroniques des forces de sécurité partout dans le monde. De nombreux pays riches pourraient facilement développer de meilleures technologies, au lieu d’armes, pour produire davantage de ventilateurs ou de nouveaux vaccins efficaces contre les virus et les maladies contagieuses, ce qui permettrait de sauver des milliers, voire des millions de vies humaines.

De nombreux pays européens, ainsi que les États-Unis, ont été assez lents à allouer des recettes à la lutte contre le coronavirus lorsqu’il a commencé à se répandre, et certains médias sont devenus obsédés par l’idée de maudire et de blâmer la Chine, ce qui a fait perdre un temps précieux.

Il est toutefois remarquable que certains pays comme la Corée du Sud et l’Islande aient pu fournir rapidement des kits de test à tous ceux qui en avaient besoin. Les États-Unis, en revanche, ont encore du mal à les fournir à leurs citoyens, et n’ont commencé à le faire qu’après que leur président ait été sévèrement critiqué pour son laxisme face à la pire maladie du siècle.

La pandémie de coronavirus apprend aux gens du monde entier que, où qu’ils soient, quels que soient leurs postes ou leur richesse, nous sommes dans un seul et même monde. Nos destins sont inextricablement liés. Aucune bombe nucléaire, aucun lance-roquettes ou avion de chasse, aucun mur ni aucune frontière ne peuvent protéger les enfants, les présidents ou une seule personne âgée contre ce dangereux virus. Pour moi, surtout en tant que médecin, il n’y a rien de plus douloureux que de voir une personne âgée mourir sans pouvoir l’aider.

Cet événement mondial le plus éprouvant que le monde connaisse actuellement, avec toute la douleur qu’il provoque, ne devrait pas passer comme si rien ne s’était passé. Il faut comprendre qu’il est le produit d’un système mondialisé qui semble être irréversible. Le nouveau coronavirus n’est pas le seul défi que devra relever l’humanité dans son ensemble. Nous pourrions être confrontés à d’autres épidémies, à des catastrophes environnementales ou à des déplacements massifs causés par le réchauffement climatique.

Avec les leçons tirées de cette crise et pour d’autres désastres futurs possibles, la réforme est devenue vitale. Les priorités doivent changer.

La rationalité exige une action mondiale pour réformer fondamentalement les systèmes politiques, économiques et sanitaires. Nous devons transcender les intérêts privés pour poursuivre l’intérêt supérieur du public, de l’humanité dans son ensemble et du bien-être de la planète entière. Les anciens modes de fonctionnement fondés sur le racisme, la discrimination, l’exploitation et la domination politique doivent être entièrement remplacés par des systèmes équitables si nous voulons prospérer sur la planète Terre.

14 avril 2020