Restez informé Souscrivez ici
Coronavirus

La crise COVID19 exacerbe les inégalités entre les sexes – mais qui s’en soucie ?

Par vice-présidente du PSE Femmes, PvdA Pays-Bas, coordinatrice du groupe de travail sur le genre dans l’Alliance progressiste, Marja Bijl

Il y a déjà plus de six semaines que la pandémie de Corona a frappé l’Europe dans ses fondements et a ébranlé le monde entier dans ses proportions. La pandémie affecte toute notre vie. Nous restons à la maison – si possible -, nous travaillons à la maison, nous scolarisons nos enfants à domicile et nous restons en contact avec nos proches par téléphone ou par toutes sortes de messages vidéo. Et bien sûr, nous avons peur. Nous vivons une époque dévastatrice.

Nous avons lu des milliers d’articles et de nouvelles, des plans d’urgence ont été adoptés, des aides financières ont été allouées et des chercheurs ont été consultés. C’est vital et important, sauver des vies doit rester une priorité, sans aucun doute. Mais en contemplant la situation et en regardant les nouvelles, on peut se demander s’il n’y a pas que des experts et des virologistes masculins ? Pourquoi les leaders populistes de droite comme Trump, Bolsonaro, Orban et autres, non seulement nient-ils la science et la gravité de la pandémie, mais s’accrochent-ils aussi à des formes toxiques de masculinité ? Pour beaucoup de gens, ces questions peuvent sembler mineures, mais elles font écho aux préoccupations des femmes et des organisations de femmes dans le monde entier – la pandémie de corona nous montre une fois de plus qui détient le pouvoir dans le monde. Les hommes pensent avoir les solutions, tandis que les femmes constituent la majorité des personnes exerçant des professions essentielles. Quelqu’un se préoccupe-t-il vraiment de la manière dont cette crise affecte les femmes ?

S’il existe de très bons exemples de femmes dirigeantes qui ont agi tôt et de manière décisive dans le contexte de la crise COVID19 , ils ne sont pas assez nombreux. En janvier 2020, selon l’UIP, seuls 10 des 152 chefs d’État élus étaient des femmes et 73 % des personnes présentes dans les principaux médias d’information étaient des hommes. Comme le dit Phumzile Mlambo-Ngcuka, directrice exécutive d’ONU Femmes : “Nous avons créé un monde où les femmes sont confinées dans seulement 25% – un quart – de l’espace, tant dans les salles de décision que dans les histoires que nous racontons sur nos vies”. Le nombre disproportionné de femmes dirigeantes qui ont réussi jusqu’à présent à maîtriser la pandémie devrait nous montrer que l’égalité des sexes est essentielle à la santé publique mondiale et à la sécurité internationale. D’autre part, 70 % du personnel sanitaire et social mondial, comme les médecins, les infirmières et le personnel soignant, sont des femmes. Les caissiers et les nettoyeurs sont également en grande majorité des femmes. Non seulement elles sont souvent dans des conditions de travail précaires et ne perçoivent que le salaire minimum, mais elles ne disposent pas non plus des plates-formes nécessaires pour faire entendre leur voix et faire part de leurs préoccupations, même si elles courent un risque plus élevé d’être exposées au virus. Laissez-moi vous dire que j’ai mal au cœur tous les jours, à l’écoute des femmes qui travaillent en première ligne de cette crise. J’ai repris – pour l’instant – mon ancien travail de prestataire de soins psychologiques pour apporter une aide à celles qui ont besoin de parler de leurs expériences. Les soignants qui ont eu affaire à des patients atteints de coronaropathie. Ce sont mes héros, 99 % d’entre eux sont des femmes. Et en plus de ce qu’elles doivent affronter au travail, elles s’occupent de leur famille, font les courses, enseignent à leurs enfants à la maison. En parlant d’un triple fardeau.

Comme nous l’avons déjà constaté à maintes reprises, en temps de crise, les femmes font partie des groupes les plus vulnérables, mais elles restent invisibles. La violence fondée sur le sexe était déjà inquiétante avant la propagation du virus, mais elle a considérablement augmenté depuis que les femmes sont coincées à la maison avec leurs agresseurs en raison d’un enfermement complet. L’accès à la santé et aux droits sexuels et génésiques est limité ou menacé dans de nombreuses régions du monde, et il est devenu encore plus restreint pendant la pandémie. Les gouvernements d’extrême droite abusent même de leurs pouvoirs d’urgence pour tenter d’interdire encore davantage l’accès aux services de contraception et d’avortement. En temps normal, les femmes font en moyenne trois fois plus de soins non rémunérés et de travaux domestiques que les hommes. En raison de la crise actuelle et des mesures prises, le travail non rémunéré des femmes a augmenté, de même que la pression et l’insécurité, ce qui a entraîné des tensions mentales et physiques supplémentaires, en particulier pour les parents isolés, qui sont principalement des femmes (85 %). Les femmes étaient déjà désavantagées sur le plan économique avant la crise, mais elles seront aussi fortement touchées à long terme, comme le montre l’histoire, en risquant la pauvreté, le chômage, l’exclusion sociale ou le sans-abrisme.

En bref, COVID19 expose et renforce les inégalités existantes entre les sexes. Les conséquences sont dévastatrices, en particulier pour les plus démunis : les femmes âgées, les femmes issues de minorités ethniques, les femmes de couleur, les femmes handicapées ou souffrant de maladies mentales, les femmes migrantes et réfugiées, les personnes exposées au risque de pauvreté. Ce n’est pas seulement un problème de patriarcat, mais aussi de privilège blanc.

Si les hommes sont plus nombreux à mourir du virus, les femmes font néanmoins partie des groupes les plus touchés si l’on considère les vastes répercussions socio-économiques de la pandémie. Pourtant, dans le même temps, les femmes sont absolument vitales pour le processus de rétablissement. Surmonter cette pandémie et reconstruire une société durable, juste et équitable ne sera possible que si le rôle des femmes dans ce combat et en général, au-delà de cette crise, est correctement reconnu et que le fardeau disproportionné qu’elles portent est traité en conséquence. Mais tant que l’argent aura plus de valeur que les personnes, nous ne pourrons pas jeter les bases d’une reprise durable et inclusive. Il existe une réelle possibilité de changement économique radical ; le retour au statu quo ne doit pas être la réponse à cette crise ni à notre avenir à long terme en Europe. Il s’agit d’une chance unique et de notre devoir commun en tant que communauté mondiale de saisir l’occasion et de profiter de cet événement de grande envergure pour enfin évoluer vers une société plus égale et plus juste qui ne laisse personne derrière. Mais trop souvent, la question n’est pas prise au sérieux et est mise sur la touche – tout comme les femmes.

Nous plaçons la barre plus haut avec cette pandémie. Ce que les mouvements féminins européens et mondiaux ont dit et crié dans les rues au cours des dernières décennies s’est non seulement avéré vrai et nécessaire, mais aussi plus important que jamais. Nous avons besoin d’un investissement accru dans des services publics qui transforment les relations entre les hommes et les femmes, ainsi que d’une législation et de mécanismes de prévention contre la violence fondée sur le sexe. Nous devons garantir les droits sexuels et reproductifs en tant que droit fondamental de l’homme et de la santé publique. Nous devons également garantir de meilleurs filets de sécurité sociale pour les familles, des salaires plus élevés dans le secteur des soins, la reconnaissance du travail de soins non rémunéré, un plus grand nombre de femmes dans la prise de décision, une éducation sensible au genre, la collecte de données ventilées par sexe, l’intégration de la dimension de genre dans le budget et l’élaboration des politiques générales, pour ne citer que quelques exemples.

Il est grand temps que les dirigeants mondiaux s’occupent des femmes autant que les femmes s’occupent de nos sociétés. Il est temps de rendre les femmes visibles, de faire en sorte que leur voix compte et de défendre celles qui ne le peuvent pas. Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, donne le bon exemple en utilisant sa position pour demander que les femmes et les filles soient au centre des efforts de rétablissement de COVID-19. Malheureusement, il est l’un des rares à se rendre compte que l’égalité des sexes et les droits des femmes sont essentiels pour surmonter cette pandémie.

Déjà, COVID-19 est en train d’établir une nouvelle norme. Il s’agit de tester les valeurs que nous voulons respecter et le type de sociétés que nous voulons construire. Si vous voulez mon avis, cette pandémie exige des solutions qui doivent s’inscrire dans le contexte de la justice, des droits de l’homme et de l’égalité au niveau mondial. Mais qui m’écouterait, je suis une femme. Qui s’en soucie?